Mizuno Wave Hayate 4 Chaussures de Running Homme Multicolore Greengecko/White/Forestnight 01 43 EU Multicolore Greengecko/White/Forestnight 01 Mizuno Wave Hayate 4 Chaussures de Running Homme upjwM

SKU-164661-gfz25965
Mizuno Wave Hayate 4, Chaussures de Running Homme, Multicolore (Greengecko/White/Forestnight 01), 43 EU
Mizuno Wave Hayate 4, Chaussures de Running Homme, Multicolore (Greengecko/White/Forestnight 01), 43 EU

Involve. Inspire. Impress.

Language
Menu
Accueil > Emballages médicaux > Industrie des dispositifs médicaux > Emballages pour seringue et aiguille

45 Les constructions culturelles du soin sont sans aucun doute influencées par des facteurs structurels, économiques ou autres. La disponibilité limitée et le coût relativement élevé des soins de santé institutionnalisés dans le cas des Italiens et des réfugiés contribuent au besoin et à l’obligation que les enfants ont de s’occuper de leurs parents vieillissants (Baldassar/Wil­ding/Baldock, 2007; Baldassar, 2008). Ces exemples montrent clairement les implications d’un choix individuel au niveau de structures familiales et des obligations qui y sont liées, mais également dans le cadre des infrastructures des services communautaires et étatiques compétents (ou de l’absence de tels services). L’absence de services abordables et fiables ou “culturellement et moralement” acceptables semble avoir un impact direct sur le sentiment d’obligation des enfants (et la culpabilité qui y est liée) de fournir du soin.

46 En dépit des obstacles que pose la distance, le soin prend place de manière transnationale, en particulier si l’on reconnaît le rôle central et l’importance du don de soi. Dans les processus migratoires, les échanges de soin et le don de soi sont motivés par un ensemble d’obligations implicitement définies par l’interprétation culturelle des rôles genrés et du projet migratoire lui-même. L’obligation morale du retour occupe une place centrale dans les conceptions italiennes de la migration économique présentées dans cet article. De même, pour les migrants italiens professionnels dont nous avons parlé ici, la séparation qui caractérise la migration crée le devoir moral de maintenir le contact et de faciliter la coprésence. Le fait de ne pas parvenir à remplir ces obligations crée un sentiment de culpabilité qui sert à motiver l’activité et la pratique de la communication transnationale. La culpabilité peut ainsi être définie non seulement comme un type de sensibilité interpersonnelle, mais aussi comme l’expression d’un processus culturel. Mes résultats confirment la pertinence des trois grandes fonctions de la culpabilité, telles qu’elles ont été proposées par Baumeister et al. (1994), pour l’analyse de la migration et des relations de soin transnationales. La culpabilité peut servir à renforcer les relations sociales, soulager les inégalités et influencer autrui. Cependant, dans les relations transnationales où les devoirs sont trop importants pour être aisément remplis, il se peut que les individus se désinvestissent du soin afin d’éviter des sentiments de culpabilité écrasants et fragilisants.

Baldassar L., 2001, , Melbourne, Melbourne University Press. 2007a, “Transnational Families and Aged Care: the Mobility of Care and the Migrancy of Ageing”, , 33, 2, pp.275-297.2007b, “Transnational Families and the Provision of Moral and Emotional Support: The Relationship between Truth and Distance”, , 14, 4, pp.385-409.2008, “‘Staying in Touch’ and ‘Being there’: Emotions and the Experience of Co-presence in Transnational Relationships”, Svašek M., (Ed.), “Transnational Families: Emotions and Belonging”, , 29, 3, pp.247-266.

Baldassar L., Baldock C. V., Wilding R., 2007, , London, Palgrave MacMillan.

Baldassar L., Pesman R., 2005, , Crawley, University of Western Australia Press.

Baldassar L., Wilding R., Baldock C. V., 2007, “Long-Distance Care-Giving, Transnational Families and the Provision of Aged Care”, Paoletti I., , New York, Nova Science, pp.201-228.

Baumeister R. F., Stillwell A. M., Heatherton T. F., 1994, “Guilt: An Interpersonal Approach”, , 115, 2, pp.243-267.

Bendelow G., Williams S. J., (Eds.), 1998, , London/N-Y, Routledge.

Benedict R., 1946, , Boston, Houghton Mifflin.

Brooke R. J., 1985, “What is Guilt?”, , 16, pp.31-46.

Buss A. 1980, , San Francisco, Freeman.

De Rivera J., 1984, “The Structure of Emotional Relationships”, Shaver P., (Ed.), , Beverly Hills, Sage, pp.116-145.

Di Leonardo M., 1987, “The Female World of Cards and Holidays: Women, Families, and the Work of Kinship”, , 12, 3, pp.440-453.

Fessler D. M. T, Haley K. J., 2003, “The Strategy of Affect: Emotions in Human Cooperation”, Hammerstein P., , Cambridge (MA), MIT Press, pp.7-36.

Finch J., Mason J., 1993, , London, Routledge.

Frank R. H., 1988, , New York, W. W. Norton Company.

Frijda N. H., 1986, , Cambridge (England), Cambridge University Press.

Harre R., (Ed.), 1986, , Oxford, Blackwell.

Herzfeld M., 1980, “Honour and Shame: Some Problems in the Comparative Analysis of Moral Systems”, , 15, pp.339-351.

Hochschild A. R., 1983, , Berkeley (CA), University of California Press.

Hoffman M. L. 1982, “Development of Prosocial Motivation: Empathy and Guilt”, Eisenberg N., , San Diego (CA), Academic Press, pp.281-313.

Johnson R. E., Conlee M. C., Tesser A., 1974, “Effects of Similarity of Fate on Bad News Transmission: A Re-examination”, , 29, pp.644-648.

Keltner D., Buswell B. N., 1996, “Evidence for the Distinctness of Embarrassment, Shame, and Guilt: A Study of Recalled Antecedents and Facial Expressions of Emotion”, , 10, pp.155-171.

Lewis H. B., 1971, , New York, International Universities Press.

Lindsay-Hartz J., 1984, “Contrasting Experiences of Shame and Guilt”, , 27, pp.689-704.

MacKinnon V. J., 1998, “Language Difficulties and Health Consequences for Older Italian-Australians in Ascot Vale,” , 4, 4, pp.31-43.

Mauss M., 1969, , London, Cohen West.

Nussbaum M. C., 2001, , Cambridge, Cambridge University Press.

Parkinson B., 1995, , London/N-Y, Routledge.

Parkinson B., Fischer A. H., Manstead A. S. R., 2005, , New York, Psychology Press.

Peristiani J. G., 1966, , Chicago, University of Chicago Press.

Probyn E., 2005, , University of Minnesota Press, Minneapolis (MN).

Rosaldo M. Z., 1984, “Toward an Anthropology of Self and Feeling”, Shweder R. A., LeVine R. A., , Cambridge (UK), Cambridge University Press, pp.137-157.

Svašek M., (Ed.), 2008, “Transnational Families: Emotions and belonging”, , 29, 3.

Tangney J. P., 1992, “Situational Determinants of Shame and Guilt in Young Adulthood”, , 18, p.199-206.

Tangney J. P., Miller R. S., Flicker L., Barlow D. H., 1996, “Are Shame, Guilt, and Embarrassment Distinct Emotions?”, , 70, 6, pp.1256-1269.

Tesser A., Rosen S., 1972, “Similarity of Objective Fate as a Determinant of the Reluctance to Transmit Unpleasant Information”, , 23, pp.46-53.

Thompson S. L., 1980, , Oxford University Press, Melbourne.

Trivers R. L., 1971, “The Evolution of Reciprocal Altruism”, , 46, pp.35-57.

Wentworth W. M., Ryan J., 1994, , Greenwich (CT), JAI Press.

Zontini E., 2007, “Continuity and Change in Transnational Italian Families: The Caring Practices of Second-generation Women,” , 33, 7, pp.1103-1119.

Notes

* Traduit depuis l’Anglais pas Laura Merla.

ECOLOGICA Chaussures de gymnastique pour homme beige taupe 30 EU k4mpI
En effet les estimations prudentes du taux de rapatriement de la migration italienne étaient d’environ 40%. Entre 1960 et 1969 il y eut 8.540 arrivées en provenance de Vénétie et 6.023 «re-migrations» représentant un taux de retour de 71,3%. La proportion d’immigrants siciliens retournant en Italie était de 19,7% (sur une émigration totale de 23.291); pour les Calabrais, elle était de 14% ( Thompson S. L., 1980, p.231.).

3 Ceci dit, plusieurs auteurs mettent en garde contre une analyse trop littérale du lexique ou des discours. Ainsi, Nussbaum déclare: «le rôle du langage a souvent été surestimé, et il est très difficile de l’estimer correctement. Par exemple, nous ne devrions pas commettre l’erreur courante de supposer que s’il n’y a aucun terme dans le langage pour désigner une expérience, celle-ci ne doit pas exister» ( Nussbaum M. C., 2001, p.155). Elle ajoute que c’est «aussi faux que l’idée que si un mot est identique, l’expérience est probablement la même» ( p.155).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Loretta Baldassar , «Ce “sentiment de culpabilité”», , 41-1|2010, 15-37.

Référence électronique

Loretta Baldassar , «Ce “sentiment de culpabilité”», [En ligne], 41-1|2010, mis en ligne le 21 octobre 2010, consulté le 07 juillet 2018. URL: http://journals.openedition.org/rsa/185; DOI: 10.4000/rsa.185

Haut de page

Cet article est cité par

Haut de page

Professeure à la School of social and cultural studies, University of Western Australia; Directrice du Monash University Prato Centre.

25 Il est rappelé par ailleurs comment les faits incompatibles respectivement consécutifs aux travaux de Mead et de Freeman s’inscrivent dans un réseau d’alliances et de contro­verses mobilisant, pour la première, Franz Boas (culturaliste s’il en fut) en lutte contre les eugénistes, et quant au second, les sociobiologistes qui combattent le déterminisme culturel (Latour 1989a: 173-175). Ah bon? Les théories sont aussi des armes et des enjeux? Mais qui donc voudrait le nier!?

26 Dans le même esprit, on pourrait montrer en quoi le beau livre de Descola (1986), que cite Latour (1991), construit des faits polémiques «pour» batailler contre les ethnologues représentants du matérialisme culturel états-unien et son «déterminisme famélique» (Descola 1988; sur l’adversaire d’outre-Atlantique, voir évidemment Harris 1979); ou comment Guille-Escuret (1988) ou Tort et al. (1985) sont des belligérants d’une guerre menée à la fois contre ce dernier camp et celui des sociobiologistes (anthropologues ou éthologistes). Autre chose: quel ethnologue français n’a songé à exposer aux étudiants en sciences sociales l’épineuse question des Yanomami, caméléons contraints - tels les Martiens de Bradbury ou les microbes «version Pasteur/version Pouchet» - à incarner des personnages aussi dissemblables et diversement «engagés» que les écrits de Jacques Lizot (1976, 1984), Napoleon Chagnon (1968), Ettore Biocca-Helena Valero (1968), Marvin Harris (1984), Smole, Ramos, Ferguson... ou Le Sauvage à la mode (Amselle, dir., 1979)? Les Yanomami sont-ils en même temps toutes ces figures, avant la dernière description en date qui clôt pour un temps la controverse? - un peu comme, dans l’expérience imaginaire de Schrödinger, le chat qui est à la fois mort et vivant jusqu’à l’observation du physicien qui «réduit le paquet d’ondes»... Deux remarques enfin. L’étude des «effets de vérité», surtout dans la description ethnographique, étude courante depuis longtemps aux États-Unis, vient en France à l’ordre du jour (Jamin et Zonabend 1985, et voir la revue Gradhiva). En témoigne un ouvrage récent qui, sur le plan sémiologique, analyse quelques textes illustres et intègre le point de vue constructiviste - en évoquant entre autres les thèses de Latour relatives aux sciences dures (Adam et al. 1990). Sur cette gamme aussi, les faits ethnologiques peuvent apparaître construits: «Y aurait-il autant de Nuer-objets que de façons d’en parler?» (Adam et al. 1990: 33).

Agrandir Original (jpeg, 72k)

©Ana Cotta

Bororo

Agrandir Original (jpeg, 204k)

© agenciabrasil.ebc.com.br

Ndlr: illustrations ajoutées à l’édition originale

27 Mais tout en restant sur le même registre, revenons, guidés par un indice, vers les Constitutions des non-Modernes: tout le monde sait bien que «les Bororo sont des araras». Cet illustre énoncé des Bororo eux-mêmes (ceux du Brésil central) fut rapporté par Karl von den Steinen en 1894 et devint célèbre en donnant bien du grain à moudre aux anthropologues et aux philosophes: Durkheim et Mauss (1969), Lévy-Bruhl, Cassirer, Vigotsky, Geertz (1973)... Voilà des humains qui «sont» aussi des non-humains! Pensée prélogique, ou primitive, ou sym­bolique... Pas de frontière nature-culture!? Mais vient Jon C. Crocker; une enquête sur le terrain lui permet de démontrer en détail ceci:

Catalogue
Actualités
Éditions Denoël